DIY : 8 préconisations pour lutter contre l’obsolescence programmée.

Photo by Igor Ovsyannykov on Unsplash

Nous vivons dans une société capitaliste.

Toutes les décisions importantes de notre société sont orientées par le prisme de l’économie marchande. Les populations doivent consommer au maximum afin de créer du capital.

C’est ainsi.

Un cercle vicieux, un tourbillon culturel et économique dans lequel nous vivons sans forcément en prendre conscience au quotidien.

Dans l’ombre un agent travaille au bon fonctionnement de ce système. Il n’a pas pour nom de code 007 non…

on l’appelle « obsolescence programmée ».

L’obsolescence programmée est le fait pour un produit d’être dépassé technologiquement et de perdre ainsi sa valeur d’usage. Le produit peut être dépassé techniquement mais également être démodé, même s’il est en bon état de marche.

La première initiative d’obsolescence programmée date de l’année 1920.

À cette époque la durée de vie d’une ampoule était de 2300 heures. Un produit très performant et pérenne.

Une ampoule à bulbe d’une puissance de 4 watts brille depuis 1901 dans la caserne des pompiers de Livermore en Californie. (L’ampoule est visible en live ici.)

Voyant le danger d’une décroissance économique pour leur marché. Les principaux fabricants de l’époque se sont réunis afin d’« échanger des licences, des brevets et réguler la production» le « comité des 1000 heures » est alors créé.

Son but :

limité la durée de vie des ampoules à 1000h. Dans le but de réduire la durée de vie du produit et de produire plus. (vous la sentez la fumisterie?)

Chez les grands constructeurs l’obsolescence programmée est un passage obligé pour beaucoup de produits de consommation.

Ainsi ne vous est-il jamais arrivé de voir tomber en rade les batteries de vos téléphones, vos imprimantes, sèches-cheveux, rasoir électriques et j’en passe.

Dès qu’un de nos appareils tombe en panne nos réflexes de consommateurs nous poussent à faire valoir notre garantie magasin ou à se rapprocher rapidement d’un réparateur agréé.

Pourtant il fut une époque pas si lointaine où les objets avaient une durée de vie plus importante.

Une époque ou nos ancêtres nous légué leurs objets de valeurs, montres, meubles, voitures, outils, ustensiles… Des objets d’une autre époque ayant survécu aux épreuves du temps.

Insignifiant mais robuste. Un opinel de 1960. Dans toutes les poches de nos grands-pères.

La robustesse de ces objets ayant permis leur survit à l’épreuve du temps.

Nos arrières grands-parents n’avaient pas de coupons de garantie.

Nos ancêtres réparé les objets défectueux, ils connaissaient le fonctionnement des objets et avaient la maîtrise du monde dans lequel ils vivaient.

« Pour explorer le champ des possibles, le bricolage est la méthode la plus efficace. « Hubert Reeves

En comparaison nous utilisons chaque jour des objets dont nous ignorons totalement le fonctionnement. Et dont la composition reste un mystère.

Est-ce cela le progrès de notre monde moderne ? Vivre dans l’incompréhension ?

Il existe pourtant des solutions simples pour s’émanciper et prendre connaissance du fonctionnement des objets qui nous entoure.

Voici mes 8 préconisations pour lutter contre l’obsolescence programmée :

  • N’achetez pas de produit indémontable. (Coucou Apple)
  • N’achetez pas de produit en fonction de la mode. Mettez de côté vos idéaux, les biens de consommation à la mode ne feront votre bonheur que sur du très court terme. Personne ne regrettera sur son lit de mort de ne pas avoir acheté le dernier Iphone.
  • Un produit sans pièces détachées : C’est un produit mort-né. Exemple : La marque Fairphone produit un smartphone et commercialise les pièces détachés permettant de le réparer.
  • Créer et recycler des objets au lieu d’acheter des produits neufs. Comme dit l’adage « on n’est jamais mieux servi que par soi-même. » Fabriquer soi-même ces objets est à la fois gratifiant et économique.
  • Apprenez à bricoler, à bidouiller, à coder. Le temps passé à apprendre sera un gain de temps et d’argent précieux lorsque réparer sera la seule solution. Google et Youtube sont vos alliés pour apprendre.
  • Questionner votre père, votre grand-père sur leur savoir-faire en terme de bricolage. Ils ont beaucoup à nous apprendre dans ce domaine.
  • Si vos parents ne sont pas bricoleurs. Rapprochez-vous d’un atelier de réparation dans votre ville ou votre quartier. Il en existe de nombreux en France. Des ateliers et des initiations aux bricolages y sont donnés avec accès aux outils et matériels de réparation.
  • Dernière préconisation à appliquer tous les jours : soyez curieux. Posez des questions pour mieux comprendre le monde qui vous entoure.

« Devenons tous les jours une meilleure version de nous-même. Grandissons avec le temps car l’obsolescence n’épargne pas l’homme. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here